Repenser le gaspillage alimentaire: Entretien avec Caroline Poirier-Parisé (La Tablée des Chefs)

Le déchet, cette anomalie évolutionnaire! Au gré de l’évolution des espèces sur Terre, tout résidu était utilisé par son écosystème local, en cycle dit “fermé”. Seulement voilà: l’Homme, fort de ses 100 milliards de neurones, est la première espèce vivante ayant réussi à produire de la matière dont aucun écosystème ne désire.
Au premier plan de notre étude: la nourriture, dont le tiers de la production mondiale est jeté sans être consommé (FAO, 2011). Entretien avec Caroline Poirier-Parisé, qui nous invite à repenser nos habitudes alimentaires.

« Un quart de toute la nourriture jetée suffirait à éradiquer la faim dans le monde »

“Aberrant”

“C’est aberrant. D’un côté, on gaspille et, de l’autre, il y a un manque!”, se désole Caroline, membre de La Tablée des Chefs, une organisation qui entend nourrir les personnes dans le besoin et à développer l’éducation culinaire des jeunes. Selon ses chiffres, pourtant, un quart de toute la nourriture jetée suffirait à éradiquer la faim dans le monde!

Pire encore, quand nos aliments ne sont pas consommés et jetés, ils dégradent quand même notre santé, explique Caroline. “L’accumulation de matières organiques dans nos centres d’enfouissement génère une pollution qui, elle, dégrade notre environnement et, à terme, affaiblit nos organismes.”

Changer le monde… dans sa cuisine!

“Sauve ta bouffe!”, nous encourage Caroline. Au Canada, 47% des ingrédients gaspillés seraient des déchets domestiques, qui proviennent de nos frigos. “Le plus généralement, souligne-t-elle, j’observe que nos habitudes de consommations nous invitent à aller vers le plus facile et ne pas prendre les restes de la veille.” Pourtant, il existe des tas de solutions pour limiter l’empreinte écologique de notre consommation de bouffe. Caroline nous en partage six:

  • Surveillez vos dates de péremption: si DLC, DLV ou DLUO est du Chinois pour vous, pensez à jeter un oeil à ce pense-bête élaboré par consoGlobe. Certains aliments, comme les produits laitiers, peuvent se garder au delà de leur date écrite de péremption.
  • Disposition dans les réfrigérateurs: Parfois, vos aliments se fatiguent plus vite lorsqu’ils sont réfrigérés à la mauvaise température. Rappelez-vous: les fromages et produits laitiers en haut (7°C), les poissons, viandes cuites, oeufs et crème dans l’étage du dessous (5-6°C), puis les viandes crues et repas préparés (3°C) et enfin, dans vos tiroirs, vos savoureux légumes (1-2°C)!
  • Eloignez vos ingrédients les uns des autres: les matières organiques au contact l’une de l’autre pourrissent plus vite! Si vous avez trop de bouffe dans vos frigos, n’hésitez pas à aller laisser quelques ingrédients dans les frigos communautaires de BonApp à Montréal!
  • Mangez la peau! Généralement enlevée par “habitude”, il est parfois plus avantageux de garder la peau de vos fruits et légumes. Saviez-vous que la peau d’un kiwi contient 3 à 4 fois plus de minéraux que la chair? Ou bien que la peau de vos concombres était riche en fibres et en antioxydants?
  • Ne tournez pas le dos aux légumes moches. Ils sont aussi savoureux, et parfois moins chers que leurs frères et soeurs plus ronds et colorés. Pour vous convaincre, essayez les excellents fruits et légumes de l’entreprise Montréalaise Second Life, un régal!
  • Le “vide-frigo”: Le principe du vide frigo est simple: jetez ce que vous avez au frais et… improvisez! La prochaine recette de vos rêves n’est peut-être pas bien loin!

Jean-François Archambault, La Tablée des Chefs

La Tablée des Chefs, acteur de la solution

Pour vaincre cette réalité à son échelle, La Tablée des Chefs a mis les mains à la pâte en lançant Les Brigades Culinaires. Ces brigades sont des ateliers éducatifs donnés dans les écoles secondaires, en parascolaire (4 à 5 brigades culinaires par école) dans le but de leur développer une saine alimentation, de rendre les étudiants autonomes,  et “non-dépendants aux banques alimentaires”, souligne Caroline. Les étudiants, fiers représentants de leur école, relèvent de créativité, de passion pour la cuisine et développent différentes techniques culinaires, en plus de réaliser des défis alimentaires.

Bien que La Tablée des Chefs n’impose pas de type de nourriture aux étudiants, l’organisme met toutefois en avant l’intérêt de privilégier l’alimentation “durable”, avec des fruits et légumes locaux et biologiques si possible. L’organisme appuie également l’importance de cuisiner des poissons issus de la pêche durable (thon en canne et poissons préférés), de limiter leur consommation de viandes rouges et… enseigne aux étudiants comment limiter leur gaspillage!

« La cuisine comme ingrédient du changement social ; une recette gagnante, puissante et savoureuse. »

Jean-François Archambault

Nous sortir de notre “zone de confort” est, selon Caroline, la clé de la lutte contre le gaspillage alimentaire et de la mise en avant d’une alimentation durable. Chefs, étudiants, amateurs cuisiniers: chacun peut faire évoluer ses habitudes alimentaires et, au besoin, être appuyé par des acteurs du changement comme La Tablée des Chefs.
Plus d’informations sur: www.tableedeschefs.org.


La lutte contre le gaspillage est un des piliers fondateurs de Fooducoin. Retrouvez notre histoire sur fooducoin.com/a-propos/

Rettrouvez Caroline lors de l’événement “4@6 Engagé: Lutte contre le gaspillage alimentaire” organisé par Fooducoin en cliquant sur le lien ci-dessous:

PARTICIPEZ À L’ÉVÉNEMENT!

 


À propos

Le Service de récupération alimentaire de La Tablée des Chefs sert d’agent de liaison entre les producteurs de surplus alimentaires, plus particulièrement les donateurs du milieu HRI (hôtellerie, restauration, institutionnel) et les organismes qui les re-distribuent aux personnes dans le besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *